Browsing Tag

sonia rykiel

Mode, Photographie

Sonia Rykiel, juste après le show

11 mars 2011

Sonia Rykiel FW12

Samedi, 16h30 (ou plutôt 17h15) début du défilé Sonia Rykiel Automne Hiver 2012. Très mal placée cette fois pour voir ou photographier le défilé, je vous épargne donc la plupart de mes tentatives ratées de photo de silhouettes des mannequins.

Sonia Rykiel FW12

Silhouettes qui ne m’ont par ailleurs pas vraiment plus. J’ai toujours trouvé quelque chose que j’aime chez Sonia Rykiel, c’est pour ça que je suis curieuse d’aller aux défilés (et parce que les mannequins ont le sourire aux lèvres). Je ne possède rien de cette maison, mais  j’aime l’éclat des couleurs, le féminité des coupes et les mailles.

Pourtant cette collection hiver ne m’a pas du tout tapé dans l’œil. J’ai trouvé trop hasardeux les mélanges tartan/fourrures de couleurs. Et je crois que je n’arriverais jamais à m’habituer aux creepers… Je trouve que ça fait un silhouette vraiment laide sur ces mannequins chétives, comme si elles avaient 12 ans et avaient enfilé les chaussures de chantier de papa. A croire que l’influence anglaise ne va pas à la femme Rykiel, j’aime mieux quand elle assume son parisianisme.

Sonia Rykiel FW12
Sonia Rykiel FW12

Pourtant il y avait quand même quelques belles pièces, comme les robes pulls à gros nœuds, divines. Les couleurs sont toujours flamboyantes. Et beaucoup de robes longues, très longues. Un peu mon rêve inaccessible depuis des années… Quand on fait 1m80 croyez moi c’est quasi impossible de trouver des robes ou jupes assez longues.

Sonia Rykiel FW12

Continue Reading…

Mode, Photographie

Sonia Rykiel sous le pont Alexandre III

4 octobre 2010

soniarykiel01

Un tour dans le monde tumultueux de la mode, on ne peut pas dire que j’en rêvais, mais la curiosité de voir comment se déroule ces évènements me piquait méchamment depuis quelques saisons. Alors samedi j’ai pris mon invitation jaune et je suis allée assister à mon premier défilé de la fashion week Parisienne. En standing, évidement, je me suis faufilée sur le côté avec quelques photographes et cameramen, pour être au plus près du show et capter l’ambiance. Armés de mes longs bras (c’est là que faire 1m80 devient soudain l’atout ultime) j’ai shooté et shooté et shooté comme une dingue, en essayant des points de vue différents, des cadrages qui reflètent le regard que j’ai porté sur tous ces détails…

soniarykiel02

A 16h30 donc je débarque du côté d’Invalides, sur mes talons de 8 cm, oui je vais faire tâche parmi les fashionistas prêchée sur la lune avec leurs plateformes. Mais je m’en fiche, je ne suis pas là pour faire ma belle, de toute façon je ne risque de pas de me démarquer parmi la foule, je suis loin d’avoir un style original ou d’être pile poil dans la tendance. Et banco j’avais bien raison (bon faut pas croire je ne me suis pas habillée comme une pouilleuse, j’ai fait un minimum d’efforts ^^) je me retrouve alors sur le pont Alexandre III à essayer de me frayer un chemin parmi les nombreux (très très nombreux) photographes, amateurs ou professionnels, voir simples touristes de passage au moment de la descente de voitures des célébrités et des rédactrices de mode. Je reste un peu dans le coin, pour essayer de comprendre ce manège… Je crois que j’ai surtout été marqué par ces dizaines de journalistes japonaises qui notent méticuleusement sur des carnets le détail de toutes les marques portées par les personnes venues assister au défilé.

Après avoir fait la queue dans la ligne « Standing » pendant une bonne vingtaine de minute, on rentre enfin. Les personnes assises ont déjà été placées, l’impressionnant mur de photographes au fond de catwalk a déjà ses centaines d’objectifs braqués et prêts à crépiter. J’essaye de me trouver un endroit pratique pour photographier ce que je peux, quand je vois Dita Von Teese sur le front row, elle porte un des bandeaux pompons de la collection Rykiel précédente.

soniarykiel03

soniarykiel04

Les lumières s’éteignent rapidement et vite, très vite, les mannequins sortent des backstages et défilent devant nous. C’est rapide, ça crépite, la musique est forte, les gens tournent la tête un peu dans tous les sens, les chevelures épaisses des modèles rebondissent au rythme de leurs pas. J’avoue que je n’ai rien vu des premières tenues qui ont défilés devant moi, trop absorbée à observer ce qui m’entoure. Après avoir pu faire les bons réglages de lumière de mon appareil photo, avoir trouvé un angle de vue juste entre une camera et une photographe en herbe comme moi, je pose enfin un vrai regard sur les pièces qui passent là juste devant. Des couleurs, des rayures, de la mailles, rien de surprenant pour du Rykiel mais toujours de bon goût, toujours avec la pointe d’invention qui fait que Nathalie sait renouveler ses collections années après années. Je craque complétement pour ces colliers façon embrases de rideaux, les sacs aussi sont particulièrement beaux.

Continue Reading…